L’enquête 2020 ‘Avocats et juristes face au futur’ analyse les moteurs de performance en pleine période de changement dans le secteur juridique

La technologie est cruciale pour des performances réussies

Le dérèglement déclenché par la pandémie de 2020 aura des répercussions profondes sur le secteur juridique dans son ensemble, et va accélérer la transformation numérique en cours. Le secteur était déjà en pleine évolution avant la crise, pour des raisons d’ordre économique, démographique, réglementaire, technologique et concurrentiel, qui se sont vues amplifiées par la crise de la COVID-19.

10 juin 2020

Relations clients-avocats

Globalement, l’étude 2020 Avocats et juristes face au futur - Facteurs de performance met en lumière des écarts importants entre les attentes des départements juridiques des entreprises et la capacité des cabinets d’avocats à répondre à ces attentes. Par exemple, 79 % des juristes d’entreprise trouvent important que les cabinets d’avocats avec lesquels ils travaillent soient efficaces et productifs, mais ils ne sont que 28 % à penser que leur cabinet actuel est dans ce cas. Les écarts révélés dans plusieurs catégories de l’étude semblent avoir un impact sur le niveau de satisfaction des clients, puisque seuls 26 % des juristes d’entreprise se déclarent très satisfaits de leur cabinet d’avocats actuel. 82 % des juristes d’entreprise jugent important que leur cabinet d’avocats mise sur la technologie.

Les résultats de l’étude montrent clairement que l’utilisation de la technologie joue un rôle de plus en plus déterminant dans la capacité d’un cabinet à répondre aux attentes de sa clientèle. Contraints d’accroître leur productivité et leur efficacité, les départements juridiques des entreprises ont eu massivement recours aux technologies et poussent les cabinets à faire de même. Dans les trois prochaines années, la capacité technologique comme garantie de productivité et d’efficacité deviendra l’un des critères de sélection d’un nouveau cabinet pour 81 % des départements juridiques – presque le double par rapport à aujourd’hui (41 %).

Évolution du département juridique d’entreprise

Concernant les tendances propres aux départements juridiques des entreprises, les sondés identifient leurs priorités pour les trois années à venir : réduire les coûts juridiques externes, améliorer les transactions judiciaires et la gestion des projets, et enfin apporter une valeur stratégique à l’entreprise. Interrogés sur les plus grands changements à venir en ce qui les concerne, 82 % disent s’attendre à une utilisation accrue des technologies pour gagner en productivité. Concernant la technologie proprement dite, le manque de connaissances et de préparation est particulièrement marqué en matière de technologies de transformation. 67 % des départements juridiques pensent que le Big data et l’analyse prédictive auront un impact dans les trois prochaines années. En revanche, à peine 25 % disent maîtriser ces technologies.

Évolution du cabinet d’avocats

La transformation gagne l’ensemble du secteur à mesure que les cabinets font face à la concurrence accrue de nouveaux prestataires et de leurs propres clients. Afin de continuer à répondre aux attentes de leurs clients, 67 % des cabinets d’avocats déclarent investir dans les nouvelles technologies pour soutenir les activités du cabinet et les dossiers clients ; 39 % formalisent leur stratégie d’avis clients et 36 % se lancent dans des projets d’optimisation des processus.

Vu l’importance croissante des technologies juridiques, les cabinets prévoient, sans surprise, d’investir davantage. 60 % d’entre eux comptent augmenter leur budget technologie dans les trois prochaines années. Cependant, seuls 29 % pensent être bien préparés lorsqu’il s’agit de comprendre les solutions technologiques disponibles. 27 % se disent prêts à utiliser les technologies pour accroître leur productivité, 26 % sont très bien préparés à utiliser les technologies afin d’améliorer leurs services à la clientèle, et 24 % affirment que leur personnel est capable d’exploiter efficacement les technologies disponibles. Pour ce qui est de la technologie qui aura le plus d’impact dans les trois prochaines années, 59 % citent l’intelligence artificielle, alors qu’ils sont seulement 22 % à maîtriser le sujet.

corporate-news-lawyers-enquete

Les juristes adeptes de la technologie conservent leur avantage

La crise a contraint les professionnels du droit à accélérer l’utilisation de solutions technologiques. Mais il est vrai aussi que de nombreux professionnels avaient déjà entamé leur transformation, chacun à son rythme.

L’ enquête Avocats et juristes face au futur réalisée en 2019 avait mis en lumière le fait que les Technology Leaders – ces cabinets et départements juridiques utilisant déjà activement la technologie – s’en sortaient, en général, mieux que les organisations n’ayant pas encore achevé leur transition. Ces résultats se confirment en 2020. Parmi les cabinets, 62 % des entreprises considérées comme étant à la pointe de la mise en œuvre des technologies (« Technology Leaders ») déclarent avoir amélioré leur rentabilité au cours des douze derniers mois, contre 39 % des organisations qui sont encore en transition (« Transitioning firms »). En outre, les Technology Leaders surpassent les organisations moins avancées sur le plan technologique à tous les niveaux : technologie, recrutement, structure organisationnelle et satisfaction client.

À propos de l’ enquête 2020 Avocats et juristes face au futur - Facteurs de performance

L’enquête 2020 Avocats et juristes face au futur - Facteurs de performance de Wolters Kluwer Legal & Regulatory repose sur des entretiens quantitatifs avec 700 juristes travaillant dans des cabinets d’avocats, des services juridiques et des sociétés de services aux entreprises, actifs aux États-Unis et dans neuf pays européens (Royaume-Uni, Allemagne, Pays-Bas, Italie, France, Espagne, Pologne, Belgique et Hongrie). L’étude vise à déterminer dans quelle mesure les attentes des clients, la technologie et d’autres facteurs influencent l’avenir de la pratique du droit dans des domaines clés et comment les organisations se préparent à ces changements. Elle a été menée en ligne entre le 10 et le 30 janvier 2020 par un bureau d’études international spécialisé, à la demande de Wolters Kluwer.